27.1.15

Mademoisellecroc




















J'ai mangé des divines truffes 
au chocolat maison, 
des croquantes de céréales et coco,
j'ai bu de la tisane rouge.

J'ai retrouvé de beaux écrits
- d'autres mains que la mienne -
de cette machine, dans mon carnet
d'aquarelle de voyage.


Assise en tailleur sur le parquet
de ma chambre, sous l'alcôve, 

je les tiens tous dans mes mains.
J'aimerais les avoir déjà tous remplis.
Annotations, croquis, herbiers,
histoires d'avant, combinaisons
de couleurs, listes, oh oui, plein de listes.
En faire quelque chose de concret. 
Et, que de les ouvrir après quelques années
passées, m'apporte de l'énergie nouvelle
plus que de la nostalgie de ne pas avoir
encore assez avancé. 

Absorber toutes ces images de mise en scène, 
m'endormir avec et au réveil
avoir constitué mon puzzle créatif.

Dans des images de Finlande,
j'ai retrouvé un des verres à punch, 

jaune constellaire du service de mes parents,
rangé dans le bas du meuble en merisier.

J'aime leur amour.

http://famousworkspaces.tumblr.com/






















Only Lovers Left Alive

Tcheck





















Je suis passée devant.
De nombreux jours.
Top dédicace.

 

22.1.15

Cavalcade.

























J'ai fermé ma serrure à double tour en regardant
la carte du monde avec envie.
Mon regard s'est posé sur Ceylan.

Cavalcade de pensées, provisions de sensations
et souvenirs à foison.

 

20.1.15

Familles.


Se faire du bien.




















Choisir le bon carnet.
Offert par son amour, les dessins revivent.

















De nouvelles recettes pour occuper un dimanche matin. 
4 heures sans musique sauf le ronronnement du chat. 
Tartelettes aux poireaux et miso, poulet mariné et rôti au miso,
 façon japonaise, riz blanc tradi.

12.1.15

Description.


































J'ai oublié de mettre du sucre dans mon gâteau de noix et de chocolat. 
Ma couronne orange et métallique était déjà enfournée.
J'ai écouté deux fois l'album "Je T'ai Manqué" d'Alain Bashung comme un recueillement 
puis j'ai marché seule et entourée de plein de Charlie. J'ai levé la tête et regardé les mouettes 
qui tournaient encore et encore au-dessus de nous.
J'ai rangé méticuleusement les alcools de poire, les sirops - les farines de blé, riz, céréales 
- les lentilles, le laurier, les confitures maison et les croquets à l'anis.
J'ai imprimé passionnement des feuilles et encore des feuilles sur un tee-shirt blanc 
pour L. et sur un gilet gris for me.
J'ai dormi profondément après avoir essayé pour la 16e fois en 6 jours de lire 
plus de 2 pages de mon livre. J'aime sa 1.
J'ai appelé mon amie N. et nous avons parlé de couleurs, 
de traits de crayons et de winneuses.
J'ai cuit longuement des aubergines et des oignons avec du miel et j'adore le riz.
J'ai regardé plusieurs épisodes de Master of Sex, en mode addiction.
J'ai dessiné des dizaines de feuilles d'arbre entourant le chat, 
concentrée dans mon aquarium car la musique était trop forte. 
Je ne sais pas si je vais montrer ce dessin.
J'ai décroché le téléphone orange deux fois, et je l'ai écouté, assise amoureusement 
sur le rebord du fauteuil châtaignes et feuilles d'automne trouvé en bas de la maison.
J'ai porté mes collants noirs, volés et serpentés de lignes croisées. 
J'aime la sensation du froid qui s'y glisse.

Ce n'est pas novateur ce que j'écris.
Je m'en fous, je suis mes envies.

9.1.15

Merci !




















Merci à Dorian qui a posé 
pour haricotsgingembre !

6.1.15

Coup de cœur

Flowers and phone, 2014, 56x42 cm, Oil on paper
©Sébastien Guérot / guerotcontemporarypainter

























2015 : pétillance et citron !

















  
C'était bien. 
La portée de ces trois mots : la distance, le passé, les impressions. 
On oublie vite d'être dans l'instant.

  




































Dimanche soir, Brutette nous retrouve. 
On se serre le coeur soi-même. 
On le presse, on l'essore. On se serre dans ses propre-bras, balancement 
de l'enfance retrouvé. On se réconforte, on se chuchote à soi de doux mots 
qui feront écho, quelques minutes jusqu'au sommeil.















J'ai un papillon de nuit dans ma tasse. Des pensées me reviennent.
Trait de famille : générosité. 
Caractères forts en force, réunis : on prends la main chaude de Mamie
on range dans le tiroir familial des souvenirs, tous ces sourires 
et rires au chapeau feutré sur ses nombreux fils d'argent.
On serre la tata contre soi, la maman dans ses bras, 
la brochettes des cousines assises côte à côte. 
Gourmande Mamie, chaque saveur la contente, 
chaque parole, elle l'engouffre et nous aussi. 
Oeil pétillant d'un bleu frais et clair, elle nous regarde intensément. 
Cadeaux d'après les fêtes échangés et gourmandises partagées.
On aime cela encore et encore. Un condensé mielleux.
Une journée famille et fourmillements de bons moments, 
éclats de joie, oreilles chaudes et protégées.