28.4.15

Découvrez le printemps sur Etsy !









  

haricotsgingembre sur Etsy !

Pommes d'amour.


En tailleur.

m

é

d

i

t

a

t

i

o

n

En préparation.



















 Le hibou se prépare pour le 30 mai…
J'adore le jaune. Mon tigre des neiges se réchauffe.

















Merci à vous Ginette, pour la photo !

23.4.15

Confettis.

J'essaye depuis quelques mois d'appliquer mes "3 kifs par jour". 
Hier, ce fut facile d'exploser le nombre.
Avoir des nouvelles de ma famille, échanges de sourires.
Avancer avec plaisir dans mon travail et rester concentrée plus de 4h d'affilée.
Imaginer la soirée divine et diabolique d'aujourd'hui, avant-veille de week-end.
Recevoir ces photos d'un petit amour portant les bodys haricotsgingembre.
Jouer à la pétanque avec ma moitié dans un petit parc caché de la Butte.
Utiliser le chat comme un piano, fous rire partagés sauf par l'instrument en question.
Croquer, en binôme, dans deux loukoums, rose et miel, moustaches de sucre.

21.4.15

Détournement.

























Je prends cette rue tous les jours. 
J'y croise souvent une des Saab de mes rêves.

20.4.15

Têtes à têtes.

























Cartes du tao. Tampons ronds gravés. 
Choisir la meilleure place au soleil. Mélanger trois farines, 
des pommes, de l'huile d'olive et de la purée d'amande 
- version rectangulaire au goût surprenant.
Côte à côte avec les amies et ma moitié,
dessiner dans un lieu de fraîcheur lumineuse, 
grandiose. Être entourée de dessins de maîtres. 
Maître du Tao, tu t'insinues dans mes pensées. 
Cependant, aucune carte choisie ces jours-ci. 
J'aime cette attente qui s'installe.
Marché, marcher et marcher. 
D'un pas rapide à chaloupé, de pas chassés 
à regroupés. 
C'est mon kif, au hasard des lieux inventés, 
là où je puise mes ressources.
Café corsé, serré, allongé, sucré et amer…
Puissant arôme dans la création.

16.4.15

Retrouver ses marques.














Les horos-, numéros-, lunos-copes et cartes du Tao 
parlent chacun dans une langue commune. 
J'aime ces consonances, je m'y retrouve. 
Comme à la maison.

Le Merveilleux.
























Le Merveilleux. Un gâteau dont je rêve depuis presque un an. 
Mille et une saveurs partagées avec mon amie caresseuse de grès,
pour ces bougies printanières de l'année dernière. 
Des souvenirs joyeux, palette de verts et d'or, 
des échanges vivifiants et de nouvelles rencontres. 

Je regarde ce cousin d'avril, cerisier blanc charbonneux, 
chaleureux, pouponnant, Pompadour, nuage de crème, 
mousse de lait, grappe de blancs, manteaux 
et écharpes emmitouflant. Le Merveilleux. 
Meringue, crème, croustillants et avalanche de douceurs. 
Arbre aux racines solides traversant les vies. 
Parure changeante, je reste béate. 
En trois semaines, les robes ont changé de modèles. 

Je plisse les yeux dans ce bain de soleil. 
La brise tiède des chants d'oiseaux se glisse dans mon cou, 
parcourt le chemin des boucles d'oreilles. 
Ma grand-mère grimpait dans les arbres à mon âge. 
Je souris car j'en ai envie aujourd'hui. 
Et aussi de rester indéfiniment dans cet instant.

blocages créatifs.

















Je n'ai pas su m'arrêter à temps. 
Les coussins moelleux s'y prêtaient bien pourtant.
Mon dessin en est devenu un autre.

8.4.15

Famille.

On s'approche du jour que l'on attendait depuis des semaines. 
La joie d'être avec toi, l'émotion partagée et je sens déjà 
les larmes s'écouler le long de mon corps.
C'est un temps que j'attends. retrouver ton sourire, 
la malice de tes beaux yeux bleus brillants. Y plonger les miens.





















Se transmettre les uns aux autres tout ce que l'on ne peut se dire.
S'échanger nos flux d'amour, nos énergies, nos souffrances apaisées 
durant cet instant. J'ai grandi, je le sais aujourd'hui. 
Je ressens mes premières peurs du temps qui passe.
j'ai envie de ce week-end comme d'un espace qui durera toujours.  
Tu es notre aïeule. Tu es nous, nous sommes toi.
Comme des instants du passé, présent, tout en même temps.
J'ai envie de fermer les yeux, de me concentrer sur les sons, 
les rires, les taquins, les moqueurs, les railleuses, les aigus moelleux 
de leurs voix féminines, les mots doux, graves et brusques aussi,
mélange de saveurs de notre famille.  
Comme une ronde d'offrandes pour toi, Mamie.
Bientôt.

3.4.15

Chatleureusement vôtre.

























Joyeuses Pâques !

Ciel coton.







































Quelques minutes avant le début de mon cours 
du soir, je suis allée dans le Jardin des Plantes. 
Au loin, un attroupement de gens près d'un arbre blanc. 
Curieuse et orgueilleuse, je m'approche aussi.
Tel un bonzaï grandiose, il nous saisit.
Instant magique, je fus happée par sa beauté. 
Je m'approche encore et baissant ma garde
je fais comme mes contemporains. Je déplace délicatement 
quelques fleurs auprès de ma paume.
Sentir la douceur des pétales et les effluves dorées.
Je comprends leurs sourires.